ΠΑΡΑΣΚΕΥΗΜΟΛΑΡΗ

  1. Eros

Le jeu du renard

Avec le coq,

Du python

Avec le guerrier,

Avant qu’il le dévore,

Du regard non dit

De corps muets

Aspirant au paradis.

Sérénité océanique

De l’évident

Qui cache

Des sens doux amers.

Parler c’est l’abîmer

Ecrire

C’est le garder ressuscité.

J’ai le mal,

De l’éternité de l’instant

Où tu m’as regardé droit aux yeux

Et moi aussi je t’ai vu.

 

****

BOYRAS Konstantinos

  1. Neuf notions

i. SILENCE

Le souffle

Entre deux tirets.

 

ii. COURAGE

 

Avouer

Sans implorer le pardon.

 

iii. CHATIMENT

Etre à jamais soi-même

Et rester tel.

 

iv. TRAGIQUE

 

Tomber

Peu avant d’atteindre le sommet.

 

v. PLAISANTERIE

 

Voir l’autre glisser

Tandis que toi tu continues

Impétueux.

 

vi. MATURITE

 

Accepter autrui

Comme soi-même.

 

vii. REPOS

 

Le contraire de l’attention.

 

viii. ATTACHEMENT

 

La cible qui t’avale.

 

ix. INCENDIE

Eros-célébration de l’eau

Pour qu’elle bouillonne.

 

****

boureik

  1. Liberté

 

En Crète minoïenne

Le plongeur

Qui libère les poissons

Piégés dans les lacs

Des rochers.

Morceau coupé

Du queu d’un poisson

Lamentation du jeune homme

Pour la liberté perdue

Du poisson

Désirant du fond du coeur

Mourir en un jour pareil

Couvert

Des ailes des cigognes,

Et le colvert

Pêcher des petits poissons

Dans son oeil gauche.

 

****

 

ΦΙΛΟΣΟΦΩΝΤΑΣΆΝΕΥεξώφυλλο

  1. Enterrement et Résurrection

 

À chaque anniversaire de naissance

Nous nous enterrons.

Équinoxe de printemps.

Enterrement et resurrection.

Adonis, Lidinos,

Le Christ, Orphée

Fêtent avec nous…

Cinquante deux ans

Représentant un siècle entier chez les Mayas.

L’Eros sera ressuscité

Aux premières lignes du front.

 

Les morts

Grincent leurs dents

Avant la Résurrection.

En colère de retourner.

Le corps pèse

Enivrant la boue.

Difficile de s’en détacher.

Tâche titanesque

Que les membres s’en détachent

Dans le mouvement primitif

Du reptile,

Du mammifère,

Du singe.

Quelle peine

Que de retourner

Au nulle part

Poussé du néant.

Silence. Silence.

La végétation respire.

Nous avons bien des choses à dire

Choses oubliées pourtant

Quelque part

Entre Hadès, Krini et Oubli.

De retour sans entrain

Inexpressifs.

Avec une larme

Ressemblant à un hurlement.

Haine éternelle pour la Résurrection

Roussi et plainte

Dans les yeux

Des chevreaux.

 

****

 

bouras8auyg2015

  1. Roc “Naturel”

 

…tranquillité et simplicité

De la Nature

Pour cicatriser

Les plaies voluptueuses

De la cité.

 

La mesure de l’homme

Et des choses:

Le timbre de l’alouette

Jusqu’à  son dernier soupir,

Le bourdonnement de l’abeille

Jusqu’au silence éternel,

Le vent faisant voyager loin

Le pollen

Pour qu’il rende fécondes

Des terres jamais vues,

Longanimité

Des rochers

Accueillant la colère des vagues,

Offrant regulièrement et sans taxes

Leurs pieds

Aux poissons d’ecume

Afin qu’ils y pondent

À l’abri du vacarme

Des satellites.

À la tombée de la nuit,

Ils font refléter

Leur chevelure ridée

Aux eaux bleu foncées.

 

Konstantinos Bouras

www.konstantinosbouras.gr